Communiqué de l’évêque de Saint-Étienne aux habitants de la Loire pour la fête de Pâques 2020




Notre monde est ébranlé par une épidémie d’une ampleur et d’une gravité inégalées. Elle est source de beaucoup de souffrances, d’inquiétudes et d’incertitudes, mais aussi de générosités et de courage. Les soignants se dépensent sans compter, d’autres anonymement prennent aussi des risques pour que nous continuions à vivre, d’autres encore sont mobilisés pour trouver des solutions appropriées à la crise, d’autres enfin portent notre monde dans la prière. Au cœur de l’épreuve, les générosités, le respect du confinement, même s’il peut être très éprouvant, les engagements de chacun à son niveau, l’expression de la reconnaissance… sont autant de beaux signes de solidarité et d’espérance.

Cette pandémie s’inscrit cependant dans un dysfonctionnement plus large de notre monde : réchauffement climatique, guerres persistantes, question des migrants, du chômage, d’une pauvreté grandissante, des familles en difficultés, de la drogue, du manque de respect de la vie et de la dignité des personnes... Notre avenir dépend de la droiture avec laquelle nous saurons affronter ces questions et du courage que nous aurons pour changer nos modes de vies. D’autres fonctionnements sociaux, économiques et politiques sont possibles et nécessaires, pour davantage de justice et de solidarité. Par-delà les questions techniques et organisationnelles, l’enjeu est d’abord moral et spirituel. L’avenir de notre humanité dépend de notre vision de la personne et de notre capacité à nous engager pour que chacun puisse avoir une vie authentiquement humaine, jusqu’à accepter de se limiter pour un meilleur partage des ressources de notre terre, dans une sobriété solidaire et heureuse, dans une approche de la vie et du bonheur plus humaine et spirituelle que matérielle.

Les chrétiens célèbrent, cette année, les fêtes de Pâques avec une intensité particulière, même s’ils ne peuvent se réunir dans les églises. En contemplant Jésus injustement condamné, humilié et bafoué, violemment torturé jusqu’à sa mise à mort, nous prenons davantage conscience de nos compromissions avec le mal, de notre propre péché et de notre responsabilité personnelle dans les maux qui affligent notre monde.

En célébrant Jésus ressuscité, nous découvrons que la vie est plus forte que la mort, l’amour plus fort que l’indifférence ou la haine. Cette espérance nous habite et nous pousse à servir la vie, humblement et concrètement, avec beaucoup d’autres, pour un monde plus juste et plus fraternel. C’est la joie de Pâques que nous aimons partager. Cette crise du coronavirus nous donne de vivre une mystérieuse communion dans l’épreuve et l’attention aux autres. Puissions-nous être aussi tous unis, par-delà nos intérêts personnels et communautaires, pour trouver de meilleurs chemins pour l’humanité, pour toute l’humanité. En cette fête de Pâques, accueillons et servons ensemble la vie qui nous est donnée !


Saint-Etienne, le 11 avril 2020
+ SYLVAIN BATAILLE Evêque de Saint-Etienne

Source : https://www.diocese-saintetienne.fr